Les lingettes pour chevaux, un produit à éviter



Hello ! 


Si tu me lis, c’est sans doute que tu as, comme moi il y a encore quelques mois, des lingettes pour bébé ou pour chevaux dans ton sac de pansage. Et je te comprends, c’est utile pour plein de choses, le format est pratique et selon les marques, ça peut être assez économique. Mais si ces petits bouts de fibres synthétiques jetables imbibés de produits détergents et de conservateurs sont plutôt pratiques à l’usage, ils sont loin d’être aussi magiques pour la peau de nos chevaux et pour la planète ..


Pour les infos un peu « techniques » - ou chiantes, c’est toi qui vois -, les lingettes classiques sont souvent fabriquées à base de polyester (issu du pétrole) et de cellulose. On les imprègne de composés chimiques synthétiques issus de la pétrochimie, de solvants, et de conservateurs. À cela s’ajoutent d’autres agents pas toujours très sains comme les phtalates, les parabens, et les silicones. En gros, toutes les substances qui font un peu polémiques et dont les pubs nous assurent qu’il n’y en a plus pas dans nos cosmétiques. 


On y croise souvent du phénoxyéthanol, qui est un conservateur assez controversé estimé toxique, connu pour être un perturbateur endocrinien. Parfois, on trouve aussi du diméthicone, un silicone qui assèche la peau au fur et à mesure de son utilisation si il n’est pas rincé, et qui est très nocif pour l’environnement. Il peut aussi y avoir du butylparaben ou de l’isobutylparaben, qui eux aussi sont à éviter, mais la liste est encore longue. 


Même en utilisant des lingettes « bio », « compostables » ou « biodégradables », les fibres, qui mettent des années à se décomposer, sont imprégnées de substances qui se retrouveront à terme dans les sols et l’eau, et peuvent être nocives pour la biodiversité. Avec 233 lingettes utilisées par seconde en France, soit plus de 7,3 milliards par an, les lingettes représentent une masse de déchets énorme, souvent brulées ou enfouies (quand elles ne sont pas jetées dans la nature). 



J’ai donc adopté une alternative que j’avais déjà mise en place pour moi dans mon quotidien : j’ai remplacé les lingettes pour bébé/chevaux par des carrés de coton lavables sur lesquels je mets de l’hydrolat de bleuet ou de lavande bio selon mes envies.


En plus d’avoir des vertus décongestionnantes et nettoyantes (en passant délicatement le coton sans en mettre dans les yeux), cela me permet d’arrêter de produire des déchets. C’est plus économique, et les chevaux ont l’air d’apprécier les soins davantage qu’avec les lingettes ; tu peux aussi les utiliser comme lustrant avec un gant de pansage ou pour nettoyer les naseaux sur un carré de coton. Il te suffit ensuite de nettoyer les cotons à la main (ou en machine), au savon de Marseille (ou d’Alep) après chaque utilisation, et promis, ça prend même pas une minute ! 



N’hésites pas à me partager en commentaire tes petites astuces écologiques pour pratiquer l’équitation en respectant un peu plus la nature !


Charlotte



149 vues0 commentaire