TOP 7 des pigeonnades en Poney Club


Ça roucoule au poney club

L’autre jour sur Insta, j’ai sondé ma communauté pour savoir si elle se sentait bien en poney club, et cas échéant, ce qu’elle aimerait trouver comme critères dans un club idéal. Je ne m’attarderait pas sur tous les points évoqués que vous pouvez retrouver sur mon feed insta, mais il y a bien un point que j’aimerais mettre en avant aujourd’hui : parfois on nous prend vraiment pour des gros pigeons.


Et honnêtement en lisant vos anecdotes, je suis passé par un tas d’émotions : la tristesse, la colère…et j’ai ris jaune. Ce qui est plutôt un bon point pour un poney jaune. Bref, aujourd’hui, petit top des plus gros cas de pigeonnade en poney club, car vraiment ça vaut le détour.

Les pigeonnus cavalus lancent la révolution !



#1 Ton poney…c’est le mien


Une cavalière de club qui sort en concours, qui pait donc ses engagements, le transport, le coaching et la location du cheval à la journée. Elle achète un cheval…mais un an après, la location du cheval à chaque sorties en concours lui est toujours facturée. Loué son propre cheval, c’est un nouveau concept dans certains clubs.


#2 Ton van…c’est le mien

Dans le même esprit, une cavalière qui sort avec son club en concours. Elle a un van et propose de transporter deux chevaux du club. On lui a fait payer le transport de son cheval. Y a comme un hic…

#3 Les soins de mon cheval ? Tu les paies


Ça c’est un pelle mêle. J’ai eu un tas de témoignages de cavalier de club avec une DP sur un poney de club. Un cas où la cavalière devait payer en plus pour que le cheval DU CLUB ai foin à volonté car il faisait des ulcères gastriques ( puis, même sans ulcères foin a volonté c’est une base obligatoire ), un autre cas où la tonte et les couvertures c’est aussi aux DP de payer, un autre où les cavaliers de club doivent payer des compléments alimentaires pour les chevaux. Normal. A quoi bon avoir son propre cheval quand tu peux payer pour celui des autres !

#4 La licence fantome


Apparemment c’est une arnaque assez répandue. Tu paies ta licence annuelle pour ton adhésion au club, tu es par la même occasion assurée pour ta pratique à cheval. Sauf que des fois tu paies….et tu n’as jamais ta licence. Le club se met les 40 balles dans la poche pour lui tout seul. Dans ce cas, impossible de participer à des concours, et surtout…tu montes sans assurance.


#5 Le stage de passage des galops…où tu passes pas ton galop


Encore un grand classique. Tu prends des cours toute l’année, parfois plusieurs fois par semaine, on te demande de payer un stage durant l’été pour passer ton galop. Soit. Et arrivé au stage, pas de passage des galops. Soit on te fait une seul évaluation, mais pas toutes, soit rien du tout. Ton galop et ton argent…on te dis clairement que tu peux te les mettre…dans le derrière. Dans le même genre on a aussi les galops qui sont passés mais jamais validés auprès de la FFE. Pur oublis ou volonté de te refaire payer un passage de galop…on laisse le bénéfice du doute…une fois, mais pas deux.

#6 Le galop contre façon


C’est l’histoire d’un club qui a entubé ses cavaliers de A à Z. Ils ont payé des licences fantômes, mais pompon sur la Garonne, ils ont aussi passé des ….faux galop. Leurs diplômes était des faux, des diplômes créés de toute pièce sur Paint. Ah que c’est beau l’honnêteté.

#7 Tu veux pas monter mon cheval blessé…bah tu paies ton cours quand même


Un cheval largement blessé au garrot, donc immontable. Une cavalière qui dit non, elle ne montera pas sur un cheval blessé. Un moniteur qui demande le paiement du cours quand même. Le cheval a d’ailleurs été monté ensuite jusqu’à ce que ça deviennent « trop » grave.

Vous avez dis…bien être animal ?

Bref, vous avez maintenant quelques clefs pour sentir si la pigeonnade arrive à plein nez. On vous souhaite de trouver un super club, honnête et respectueux, et que ces anecdotes malheureuses soient de moins en moins des réalités !





157 vues0 commentaire